Mettre à jour le système de son ordinateur

Windows 10 gratuit : non, tout n’est pas encore fini !

https://www.tomsguide.fr/windows-10-gratuit-non-tout-nest-pas-encore-fini/

Si vous n’avez pas encore procédé à la migration vers Windows 10 depuis Windows 7, 8 ou 8.1, il n’est pas trop tard !
Les serveurs de Microsoft dédiés à la mise à jour n’ont pas été désactivés mais Microsoft est susceptible de le faire à tout moment.

Microsoft avait convenu de mettre un terme à la migration vers Windows 10 et cela gratuitement jusqu’au 16 janvier 2018.

A partir de cette date, que faire si l’on n’a pas encore migré vers Windows 10 ?
Procédez par étape :

Etape 1 

Veillez à sauvegarder vos données les plus sensibles avant de migrer vers Windows 10. Aucune perte de données n’a été constaté lors de tests mais il convient de rester prudent. Pour plus d’informations, accédez à ce lien :
https://www.tomsguide.fr/migrer-gratuitement-de-windows-7-vers-windows-10/

Une fois vos fichiers personnels sauvegardés, la mise à jour peut être lancée. Attention ! Cette mise à jour peut afficher les informations en anglais. Pas de panique : une fois que votre système aura redémarré pour appliquer la mise à jour, vous conserverez un système d’exploitation en français.

 

Etape 2

Si vous êtes titulaire d’un numéro de licence de Windows 7 ou Windows 8.1, il est possible de passer par l’outil de migration accessible sur  l’adresse suivante :
https://www.microsoft.com/fr-fr/software-download/windows10

Il existe des moyens plus simples et efficaces de retrouver son numéro de licence : il est notamment inscrit sur le CD d’installation du système Windows (ou sous la forme d’une étiquette collée sur l’unité centrale du PC).

 

Autre solution : en accédant au Panneau de configuration il vous suffit ensuite de cliquer sur la catégorie Système et Sécurité. Une page spécifique apparaît.

Dans la partie Système, sélectionnez le lien Afficher le nom de cet ordinateur.  Une fenêtre Informations Système Générales s’affiche. Vous y retrouvez dans la partie inférieure nommée Activation de Windows l’ID de produit.

 

 

Actualité numérique

Google Maps, le service de cartographie le plus populaire et le plus utilisé au monde, serait infesté par des millions de fausses entreprises, selon le « Wall Street Journal ».

Arnaques en tous genres

On distingue trois cas de figure principaux :

  • Des entrepreneurs créent quantité de fausses adresses pour faire croire qu’ils sont localisés à proximité de chez vous et qu’ils disposent de tout un réseau.
  • D’autres s’installent à la place de leurs concurrents en payant des sociétés qui les font apparaître sur Google Maps.
  • Des entreprises fictives vous renvoient vers un numéro payant pour vous extorquer de l’argent.

Au total, des centaines de milliers de fausses annonces de ce type paraissent chaque mois. Google assure en débusquer la plupart avant publication mais certaines passent entre les mailles du filet.

 

Quels services concernés ?

Il faut particulièrement se méfier des entreprises fournissant des « services d’urgence » : serrurerie, plomberie, électricité, dépannage automobile, etc. Ces services que l’on utilise en cas d’extrême nécessité nous rendent moins vigilant et on ne prend pas forcément le temps de vérifier que le serrurier ou le plombier est bien celui qu’il prétend être sur Google. D’autant que l’on se rend rarement sur place.

La conséquence la plus courante est d’être confronté à un entrepreneur peu scrupuleux qui vous fera payer ses services de manière exorbitante et surtout sans garantie sur la qualité du service rendu.

 

Quelques précautions à prendre

Restez vigilant si vous faites appel à une entreprise sur Google Maps, même dans l’urgence.

  • Vérifiez que l’adresse indiquée sur Google Maps correspond bien à une boutique réelle et non fictive. Pour cela, utilisez l’application Google Street View pour localiser et identifier ladite boutique.
  • Recherchez l’existence d’un site Internet pour l’entreprise concernée : cela vous aidera à confirmer que cette entreprise n’est pas fictive et fiable.
  • Renseignez-vous à l’avance sur les tarifs pratiqués pour l’intervention. Un entrepreneur certifié ne dissimulera pas ses prix tandis qu’un escroc aura tendance à rester vague.
  • Méfiez-vous enfin des avis des clients. Ils peuvent être un bon indicateur mais ce n’est pas toujours crédible : des entreprises achètent de faux avis sur Google pour s’assurer une bonne réputation qui n’éveillera pas les soupçons.

Le SMiDeN sur Facebook

Le SMiDeN souhaite rester en contact avec le public, c’est pour cela qui propose chaque semaine des nouvelles publications sur sa page Facebook.

> Venez partager, commenter et liker nos événements ou actualités de nos espaces numériques.
> Aidez vos amis à nous découvrir en les invitants à liker notre page.


Rendez-vous > www.facebook.com/SMiDeN72/

Moteur de recherche Français

Le moteur de recherche français Qwant a lancé depuis le 14 mai une nouvelle fonctionnalité baptisée « QOZ« , destinée à reverser une partie des bénéfices des publicités à une association choisie par l’utilisateur lui-même.

Connu et réputé pour avoir placé la protection de la vie privée de ses utilisateurs au centre de son fonctionnement, Qwant, moteur de recherche « made in France » fondé en 2013, innove en proposant ce nouveau service qui consiste ici à insérer plus de publicités, mais des publicités dont une partie des revenus seront reversés à une association de son choix.

Pour cela, il suffira d’appuyer sur un petit bouton spécifique à cet effet placé en haut à droite de la page d’accueil de Qwant.

Un simple clic contribuera à effectuer une bonne action. « Vous pouvez donner pour planter des arbres, pour la cause animale, pour défendre l’éducation des jeunes filles », résume Eric Léandri, Président de Qwant. Cette nouvelle fonctionnalité, activable et désactivable à volonté, donne également accès à un catalogue d’associations pour aider l’utilisateur à procéder à sa sélection.

Une association élue chaque mois par la communauté
pour être mise en avant par défaut par Qwant

« Vous y trouverez toutes les informations nécessaires : ce que fait une association, son actualité, ses réseaux sociaux, si elle est considérée d’utilité publique… », ajoute-t-il. Pour les indécis, une association sera mise en avant chaque mois via une élection de la communauté Qwant. « Pour le lancement, c’est la thématique de la femme qui est sur le devant de la scène, avec notamment l’éducation chez les jeunes filles », précise Marie Juyaux, Directrice Générale adjointe de Qwant.

Si les débuts ont été difficiles, Qwant voit le chiffre de ses utilisateurs augmenter de manière régulière et constante depuis début 2016, passant ainsi de 21 millions de visiteurs en mai 2016 à 100 millions en avril 2019 (soit une multiplication par 5 en l’espace de 3 ans). Sur un marché où la revente des données personnelles tient une place fondamentale, la philosophie à contre-courant du moteur de recherche séduit de plus en plus, à l’instar de l’université de Nantes dont les 20.000 ordinateurs proposent Qwant par défaut depuis décembre 2018.

Qwant compte également lancer au premier semestre 2019 son service de messagerie électronique fondé sur le même principe que son moteur de recherche et baptisé Qwant Mail. Un nouveau pied de nez à Google et à sa messagerie Gmail qui a vu passer, en avril 2019, 28% des courriers électroniques pour l’ensemble de la planète.

SOS malveillance

Témoignage :
C’est un matin que M.B. inquiet se rend dans l’un des cybercentres et raconte sa mésaventure à l’équipe d‘animation. Alors qu’il navigue sur Internet, son écran se fige pour faire apparaître un numéro d’urgence d’assistance technique. Confiant et soucieux de débloquer son PC, M. B contacte la pseudo entreprise de maintenance informatique au numéro donné. En ligne un certain temps, l’entreprise X prend la main à distance sur l’ordinateur de M. B pour nettoyer son PC tandis qu’une facture, d’apparence douteuse, lui est adressée. L’équipe technique du SMiDeN prend en charge l’examen du PC de M. B et le diagnostic est sans appel : M. B a été victime d’une escroquerie puisque l’entreprise X s’est contenté d’installer quelques programmes inutiles sans pour cela avoir contribué à restaurer l’état du PC.

 

Quelle leçon tirer de cette mésaventure ?
Si vous êtes confronté à ce type de désagrément, voici les conseils à suivre :

  • Ne contactez jamais le numéro de téléphone affiché et ne cliquez pas si on vous le demande.
  • Ne laissez aucune prise en main à distance de votre PC.
  • Ne donnez jamais le numéro de votre CB et n’effectuez aucun paiement sous quelle que forme que ce soit.
  • Consultez internet pour vérifier la réputation de ladite entreprise sur les forums de discussion. Est-elle fiable et sérieuse ?
  • Privilégiez le contact direct plutôt qu’une relation à distance par téléphone.
  • Adressez-vous à un professionnel dont vous vous serez assuré de ses compétences.
  • N’hésitez pas à vous rapprocher d’espaces numériques (cybercentres, cyberbases, etc.) pour profiter de leurs conseils et de leurs recommandations.

Vous pouvez aussi à votre tour faire de la prévention !

Le jeu en réseau

Vous vous posez des questions du type :

> Le jeu en réseau c’est quoi ?
> Quels sont les principes et les catégories du jeu ?
> Qu’est-ce qu’un véritable jeu en réseau ?
> Quelle accoutumance, violence cela peut engendrer ?

 

Consulter nos fiches d’information :