La 5G, quel bilan énergétique ?

En Chine, le réseau 5G a franchi en juillet le cap des 100 millions d’abonnés mais les infrastructures constituent un véritable gouffre énergétique. En effet, les stations de base 5G consomment jusqu’à trois fois et demie plus d’énergie que leurs équivalentes 4G.

Toujours en Chine, pour soulager le réseau électrique, des opérateurs mettent leurs stations en mode pause durant la nuit. Pas de quoi rassurer la clientèle, déjà insatisfaite de la couverture 5G inégale dans le pays. Sur les réseaux sociaux, certains se questionnent sur le coût de l’abonnement, le réseau n’étant pas accessible à certaines heures.

Alors que la 5G se déploie partout dans le monde, l’impact sur l’environnement fait déjà réagir les élus écologistes.

 

Plusieurs pistes sont à l’étude pour parvenir à démultiplier le trafic de données avec la 5G sans pour autant augmenter l’empreinte carbone : le recours à l’intelligence artificielle pour la gestion des réseaux, l’utilisation de matériel davantage économe en énergie ou encore l’installation d’antennes plus ou moins puissantes selon la densité de population. La solution de mise en veille automatique, telle que pratiquée en Chine, est également évoquée.

Source : korii.slate.fr/

Windows 10 : une nouvelle fonction de paramétrage

Windows 10 : une nouvelle fonction de paramétrage pour faciliter la gestion de vos disques et volumes

Microsoft propose désormais aux utilisateurs de Windows 10 une version modernisée de son outil de gestion des disques. Pour améliorer l’expérience des paramètres dans Windows 10, Microsoft se concentre sur la gestion des disques dans l’interface de contrôle. Après avoir rendu les mises à jour optionnelles de Windows 10 visibles dans l’application Paramètres, la société travaille désormais à ce qu’il appelle une prise en main « moderne » de sa console de gestion de disques utilisée pour gérer les disques durs et les volumes et partitions.

 

A partir de l’application Paramètres, l’utilisateur sera en mesure de gérer ses disques et volumes, c’est-à-dire consulter les informations du disque, créer et formater des volumes. Cette nouvelle fonctionnalité de gestion des disques améliore l’accessibilité et s’intègre plus étroitement avec le logiciel de protection des disques Storage Spaces. Ce logiciel est une fonctionnalité de Windows prenant en charge les systèmes à plusieurs lecteurs et permet aux utilisateurs de regrouper des lecteurs séparés pour créer un pool* d’espace de stockage et protéger les données contre les défaillances des lecteurs.

Pour tester la nouvelle version de la gestion des disques, voici comment procéder : Paramètres > Système > Stockage > Gérer les disques et les volumes.

* Un pool, que l’on pourrait traduire par « groupe » ou même « grappe » (comme une grappe de raisin) est le regroupement de plusieurs disques durs physiques pour constituer un seul disque dur logique.

Source : zdnet

Faux avis sur Amazon

58 % des avis publiés sur Amazon.co.uk en mai étaient frauduleux (20 000 ont déjà été ainsi supprimés). Amazon passe à la contre-attaque : durcissement des règles en la matière, renforcement des groupes de modérateurs et développement de nouveaux algorithmes visant à détecter les abus.

Pour acheter en toute confiance, Amazon veille à ce que les avis soient authentiques et pertinents. Toute infraction aux règles en vigueur sur Amazon entraîne une suspension des comptes incriminés, une suppression des avis pouvant aller jusqu’à des poursuites pénales.

Pour rappel, le règlement d’Amazon interdit « la création, la modification ou la publication de contenus en échange d’une compensation, quelle que soit sa nature, y compris la mise à disposition gratuite ou à prix réduit des produits« .

Comment repérer les faux avis sur Amazon ?

Le commerce des faux avis sur Amazon se doit d’être de plus en plus subtil. Les commentaires constituent l’argument de vente le plus convaincant auprès de la clientèle. Depuis 2016, la plateforme chasse assidûment les fraudes. Voici quelques conseils pour éviter de se laisser influencer.

  • Conseil numéro 1 : lisez attentivement les commentaires. Un vendeur est capable d’utiliser la fiche d’un ancien produit et d’en modifier la photo, la description et le titre. Cette pratique frauduleuse très répandue consiste ainsi à utiliser une annonce aux avis élogieux pour vendre autre chose que le produit initialement commenté.
  • Conseil numéro 3 : méfiez-vous de la surabondance de photos ou de vidéos.

 

Source : The Markup

 

Des déchets qui valent de l’or

L’année 2019 est marquée par un triste record : 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques produits en un an à l’échelle planétaire, soit une augmentation de 21% (9,2 millions de tonnes) en cinq ans. Parallèlement, une prédiction alarmante annonce d’ici à 2030 une accélération encore plus fulgurante, avec 74 millions de tonnes de « e-déchets ».

 

Plusieurs raisons expliquent qu’aucunes mesures ne soient prises pour recycler ces déchets électroniques : la multiplication des usages numériques, les cycles de vie plus courts de nos équipements, les possibilités limitées de réparation ou encore le peu d’entrain des états sont des éléments à prendre en compte.

Le processus de recyclage et de récupération des matériaux rares ou précieux est complexe d’autant que les méthodes utilisées pour ce type d’opération sont coûteuses en énergie. La chimie pourrait venir à la rescousse en proposant de nouvelles alternatives.

En effet, une grande université sud-coréenne affirme avoir mis au point un nouveau polymère nommé COP-180, susceptible de révolutionner le recyclage des e-déchets. Sa composition est basée sur la porphyrine, une molécule dont la structure polymorphe lui confère des capacités absorbantes (d’où la possibilité de récupérer des atomes métalliques comme l’or).

Suite à une série de tests, les résultats constatés sont fort encourageants : il a été possible de récupérer 94 à 99% de l’or présent dans des circuits imprimés en un délai de trente minutes. Avec un procédé facile et économique à mettre en œuvre, vos déchets électroniques vaudront leur pesant d’or.

Source : https://korii.slate.fr/

C’est la rentrée… des arnaques !

L’arnaque Paypal

Depuis le début du mois d’août, une nouvelle arnaque circule concernant une pseudo créance vis-à-vis de Paypal.

Vous êtes susceptible de recevoir un courriel stipulant qu’à la requête de votre « créancier », Paypal, dont la CER Recouvrement est le mandataire, vous seriez redevable d’une certaine somme (en général autour d’une quarantaine d’euros). Il vous est également précisé que dans le cadre d’une procédure de conciliation, le paiement de la somme due est à régler à réception du message. En cas de non-paiement de ladite somme, on vous informe que la société de recouvrement se verra contrainte de transmettre votre dossier à son service juridique qui pourrait éventuellement saisir le tribunal, en un mot, vous ferez l’objet de poursuites pénales.

Le courriel est trompeur car, à la différence des fameuses arnaques « africaines », rédigées dans un français très approximatif et le plus souvent remplies de fautes d’orthographe, ici, au contraire, le contenu, agrémenté d’extraits de textes juridiques et d’articles de loi, paraît très officiel, d’autant que la société de recouvrement existe bien (mais son identité a été usurpée).

En dehors du contenu, il existe des signes distinctifs qui vous aideront à identifier l’arnaque, comme l’adresse de l’expéditeur (fajar.yan.r@365.ugm.ac.id), un peu trop complexe pour être honnête. Rappelons également que la majorité des comptes Paypal repose sur une carte bancaire et il paraît impossible de contracter une dette vis-à-vis de Paypal.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site suivant,  https://www.signal-arnaques.com/ , site d’informations qui recense et référence toutes les arnaques répandues et qui vous propose également des conseils à suivre et les procédures à appliquer pour se faire rembourser si vous êtes victime de ce type de malveillance. 

Source : Willy PELLIER-LE HAIES (SMiDeN)


Arnaque à la carte Vitale : l’Assurance maladie met en garde

Si vous recevez un courriel de l’Assurance maladie vous informant qu’une nouvelle carte Vitale est disponible après avoir mis à jour vos coordonnées, prenez garde ! Il s’agit de la pratique classique dite « d’hameçonnage », consistant à récupérer vos données personnelles (informations médicales, coordonnées bancaires, numéro de sécurité sociale) en vous invitant à cliquer sur un lien vous redirigeant sur un formulaire à remplir.

Petit rappel : l’Assurance Maladie ne demande jamais de fournir ce type d’informations par courriel et il suffit de vous rendre en pharmacie pour effectuer la mise à jour de votre carte vitale.

De nombreux internautes peuvent facilement tomber dans le piège. Le courriel frauduleux reprend toutes les caractéristiques d’un document officiel : en-tête « Service public », flanquée d’une Marianne sur fond tricolore.

Source : Willy PELLIER-LE HAIES (SMiDeN)

Twitter : un piratage historique

C’est dans la nuit du 15 au 16 juillet que Twitter fut victime d’un piratage « historique ».

Ce n’est pas tant par son ampleur mais surtout par les personnalités impliquées Elon Musk, Bill Gates, Barack Obama, Joe Biden, …) et le procédé utilisé que cette arnaque est en soit inédite. Reprenons les faits. Des messages frauduleux émanant de comptes de personnalités (parmi celles déjà citées) expliquaient en substance que pour chaque bitcoin envoyé (sur un portefeuille électronique dont l’adresse était précisée), le double serait envoyé à l’utilisateur. Le préjudice a été estimé à 100 000 euros.

Twitter a tardé à réagir publiquement face à la gravité de la situation. Il parut vite évident que la plateforme était elle-même à l’origine du piratage. En effet, les pirates ont eu accès directement aux outils de gestion interne pour prendre le contrôle des comptes concernés et publier le message en boucle. Un employé aurait reçu des dessous de table pour faciliter et donner accès aux comptes, via les outils internes, rendant inutiles les protections visant à sécuriser les comptes.
Même si la situation semble être revenue à la normale, cette affaire constitue un véritable séisme, affaire qui prend un tournant plus politique que juridique.

Bodyguard : l’application française anti-haine

Les mauvais comportements sur le web revêtent des formes diverses : harcèlement, fake news, racisme, sexisme, etc. Encore aujourd’hui, malgré des avancées technologiques, les grandes plateformes d’échanges et autres réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) s’avèrent impuissantes à appliquer des politiques de modération suffisamment efficaces. Pourtant, une application est bien décidée à lutter contre le cyber-harcèlement.

Bodyguard, application 100% française, gratuite, sans publicité et ne récupérant aucunes données, est en capacité d’analyser les messages reçus sur les réseaux sociaux et de les filtrer pour masquer ou supprimer tout contenu injurieux. A noter que cette application, disponible sur l’AppStore et le PlayStore s’installe sur les smartphones et se lie ensuite aux comptes YouTube et Twitter des utilisateurs.

La technologie utilisée par Bodyguard se base sur l’emploi d’un filtre qui analyse les mots ou groupes de mots potentiellement agressifs mais aussi le contexte autour du message ainsi que les profils et la relation entre l’auteur ou le destinataire du commentaire. Il décide de le supprimer ou non. La plateforme estime qu’au moins 90% des commentaires haineux ou insultants sont bloqués par son filtre.

Bodyguard n’envisage nullement de supplanter la modération des plateformes sur lesquelles elle agit. Par conséquent, si un compte Twitter est, par exemple, régulièrement détecté par le filtre, il peut être bloqué ou masqué mais ne sera pas directement inquiété puisque Bodyguard n’est pas en mesure de le suspendre ou de le supprimer et n’a pas le pouvoir de pénaliser directement les comptes haineux.

A long terme, Bodyguard projette de commercialiser une application à destination des familles.

Source : Le Figaro

Fibre optique : la France déploie plus vite que ses voisins européens

Pour rattraper son retard dans le déploiement de la fibre optique, la France a mis les bouchées doubles. Résultat, en 2019, le pays a enregistré la plus belle progression en Europe.

Suite à une étude menée par IDATE DIGIWORLD (think tank européen spécialisé dans l’économie économique, les médias, Internet et les télécommunications) et portant sur l’état d’avancement de la modernisation des réseaux, on constate une incroyable progression de la France pour l’année 2019 avec 3,5 millions de foyers raccordables supplémentaires enregistrés et 1,9 million d’abonnés de plus. En cette année 2019, les opérateurs n’avaient jamais autant investi dans la modernisation des réseaux pour parvenir à atteindre les objectifs du plan France THD (ligne internet à 30 Mb/s minimum pour tous d’ici fin 2022, privilégiant la fibre optique). Toujours selon l’étude réalisée, c’est en France que le déploiement de la fibre a été le plus prompt : 57,1% des Français éligibles à la fibre optique (FttH ou FttLA), ce qui est bien supérieur aux chiffres italien (30,6 %), britannique (15,1 %) et allemand (10 %).

Cependant, la France reste très en retard sur les pays européens les plus avancés dans ce domaine. L’Espagne (85,6 % de la population éligible), la Norvège (90,2 %), la Lettonie (95,6 %) et l’Islande (96,7 %) ont été les plus diligents à mettre en œuvre des politiques publiques favorables à l’émergence du Très Haut Débit. Notons que pour les pays concernés, on constate un net ralentissement du déploiement de la fibre. A contrario, la France connaît une forte accélération, comme le prouve la situation décrire par IDATE.

La progression des abonnements fibres constitue une issue favorable pour les fournisseurs d’accès à internet français. La France figure désormais à la 16e place du classement des pays regroupant la part la plus importante d’abonnés fibre (25,6 %), devant le Danemark (24 %), les Pays-Bas (21,7 %) et le Luxembourg (21,4 %), mais devancée par des pays telles que la Finlande (26,6 %), le Portugal (42,1 %), la Roumanie (45,6 %) ou l’Espagne (56,8 %). En tête ce classement européen, nous retrouvons l’Islande avec 65,9 % de foyers raccordés à la fibre optique.

Toujours selon l’étude d’IDATE, l’Europe regroupe 172 millions de locaux raccordés à la fibre optique, ce qui englobe toutes les technologies fibre disponibles sur le marché (FttH et FttLA). Les chiffres présentés par l’étude ne coïncident pas avec ceux avancés par l’Arcep, en raison de méthodes de calcul différentes, qui comptabilise pour sa part 4,8 millions de locaux rendus éligibles à la fibre en 2019 et 2,3 millions de nouveaux abonnés.

Source : O1net

Pour sauver le climat, vers un développement logiciel durable

La part du numérique dans la pollution et sa responsabilité dans le changement climatique s’accroissent à une vitesse inquiétante : un rapport d’information publié par le Sénat le 24 juin indique que le secteur représentait 3,7% des émissions totales de gaz à effet de serre en 2018, un résultat susceptible de progresser de + de 60% d’ici à 2040 si rien ne change.

Bien décidés à éviter l’irrémédiable, une nouvelle tendance visant à modifier cet état de fait est perceptible avec l’émergence de développeurs écolos et le codage « vert ». C’est le cas de Danny van Kooten, un programmeur danois. A l’aide d’une extension qu’il a conçu pour WordPress, le développeur est parvenu à lui faire envoyer 20 kilo-octets de données en moins à chaque usage : une quantité qui semble à première vue minime mais qui, rapportée aux deux millions de sites qui utilisent l’extension, fait économiser 59 tonnes d’émissions de CO² tous les mois – l’équivalent de 85 vols allers-retours entre New York et Amsterdam.

L’expérience de van Kooten a inspiré d’autres développeurs, qui se sont lancés dans la conception de logiciels dits « durables » en tentant de réduire au maximum la facture écologique de leur travail

Le confort de navigation profite également de cette sobriété : un code plus léger signifie souvent un chargement de page plus rapide. Les traqueurs publicitaires, notamment, handicapent de nombreux sites web.

Réduire l’empreinte carbone du web n’incombe pas seulement aux développeurs. Le fournisseur d’électricité verte Ovo s’est penché sur l’utilisation des courriels au Royaume-Uni et a démontré que si chaque britannique envoyait un message de de moins par jour, les émissions annuelles de carbone du pays seraient réduites de 16 tonnes.

S’ils étaient repris par l’intégralité du secteur professionnel du numérique comme par les internautes, ces petits gestes, en s’accumulant, feraient une réelle différence sur l’impact social et environnemental du numérique.

Source : Wired