5G et environnement : le Haut Conseil pour le Climat sonne l’alerte

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) a publié le 19 décembre 2020 un rapport critique sur l’impact carbone de la 5G, estimant que cette nouvelle technologie pourrait ajouter entre 2,7 et 6,7 mégatonnes en équivalent CO2 en 2030 à l’empreinte carbone du numérique.

En effet, selon le HCC, l’impact carbone de la 5G serait particulièrement néfaste et même catastrophique pour l’environnement, générant une augmentation significative des émissions de gaz à effet de serre. Comparativement au déploiement de la 4G, c’est un surplus d’émissions situé entre 2,7 et 6,7 millions de tonnes équivalent CO2 dont la 5G sera responsable à l’échéance 2030 en France. Dans son ensemble, les émissions liées au numérique sont estimées à 15 millions de tonnes équivalent CO2 en 2020 (2 % de l’empreinte carbone totale du pays). Les opérateurs et tous les acteurs de la 5G considèrent pourtant que le développement du numérique limitera les gaz à effet de serre avec une 5G dix fois plus efficace que la 4G d’un point de vue énergétique.

 

Rappelons que le HCC est composé d’experts et de scientifiques reconnus et que, mis en place en 2019, il a pour mission de coordonner l’action gouvernementale pour lutter contre le réchauffement climatique. On peut déplorer qu’aucune étude d’impact environnemental n’ait été menée concernant le déploiement de la 5G.

 

Même si de nouvelles pratiques comme le télétravail ont pu contribuer à la baisse des émissions, la technologie et les équipements qui en résultent vont provoquer l’effet inverse. En clair, avec la multiplication des objets connectés ou l’acheminement de flux vidéo en THD (Très Haute Définition) sur les écrans de nos smartphones, les économies d’énergie vantées par les promoteurs du déploiement de la 5G pourraient être démenties face à davantage d’émissions à travers une hausse globale de la consommation.

Toujours selon l’étude de la HCC, plus de la moitié de gaz à effet de serre émis sera liée au renouvellement anticipé des appareils (smartphones, tablettes et autres objets connectés) reliés à la 5G. Parmi les recommandations, du HCC, il est question de faire peser la maîtrise de l’empreinte carbone sur les opérateurs et de sensibiliser les usagers aux pratiques numériques responsables, tout en évitant de culpabiliser le consommateur dont les usages dépendent des technologies disponibles. À ce titre, une proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France (REEN) a été adoptée visant à faire prendre conscience aux utilisateurs de l’impact du numérique.

Source : www.lesnumeriques.com