Des déchets qui valent de l’or

L’année 2019 est marquée par un triste record : 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques produits en un an à l’échelle planétaire, soit une augmentation de 21% (9,2 millions de tonnes) en cinq ans. Parallèlement, une prédiction alarmante annonce d’ici à 2030 une accélération encore plus fulgurante, avec 74 millions de tonnes de « e-déchets ».

 

Plusieurs raisons expliquent qu’aucunes mesures ne soient prises pour recycler ces déchets électroniques : la multiplication des usages numériques, les cycles de vie plus courts de nos équipements, les possibilités limitées de réparation ou encore le peu d’entrain des états sont des éléments à prendre en compte.

Le processus de recyclage et de récupération des matériaux rares ou précieux est complexe d’autant que les méthodes utilisées pour ce type d’opération sont coûteuses en énergie. La chimie pourrait venir à la rescousse en proposant de nouvelles alternatives.

En effet, une grande université sud-coréenne affirme avoir mis au point un nouveau polymère nommé COP-180, susceptible de révolutionner le recyclage des e-déchets. Sa composition est basée sur la porphyrine, une molécule dont la structure polymorphe lui confère des capacités absorbantes (d’où la possibilité de récupérer des atomes métalliques comme l’or).

Suite à une série de tests, les résultats constatés sont fort encourageants : il a été possible de récupérer 94 à 99% de l’or présent dans des circuits imprimés en un délai de trente minutes. Avec un procédé facile et économique à mettre en œuvre, vos déchets électroniques vaudront leur pesant d’or.

Source : https://korii.slate.fr/