Commander en ligne, un casse-tête ?

Avec le confinement, est-il encore possible de commander en ligne et les boutiques sont-elles aujourd’hui en capacité de livrer ? Quelques éléments de réponses.
Confinement oblige, la pandémie profite aux boutiques en ligne, mais ces dernières sont désormais contraintes de réguler l’afflux de commandes.

Des livraisons autorisées, mais des points relais inaccessibles
Si la plupart des déplacements sont proscrits, les livraisons restent autorisées tout en respectant les critères de distance de sécurité.

Les consommateurs gardent la possibilité d’utiliser la plateforme Amazon pour acheter et se faire livrer des produits de première nécessité depuis l’étranger.
Chez Fnac-Darty, les livraisons sont toujours garanties et des drives ont également été mis en place ouvrant ainsi une trentaine de points de retrait en suivant le concept de click & collect sans contact. Les périodes d’ouverture de ces points de collecte sont toutefois limitées. C’est également le cas pour Boulanger qui a créé des points de retrait “sans contact” pour les commandes effectuées en ligne et maintient toujours les livraisons notamment pour les commandes de matériels informatiques, télécoms ou électroménager de première nécessité. Des livraisons à domicile sans contact restent assumées par les grandes enseignes (Conforama, But ou Electro-Dépôt qui propose également le retrait
en drive).
Les boutiques et les enseignes spécialisées dans l’informatique, les produits high-tech, le multimédia préservent la livraison à domicile (c’est la cas pour LDLC, matériel.net, Cdiscount, Micromania, etc.) mais les délais de livraison sont susceptibles d’être rallongées.

Les services de distribution de courrier
Ils tentent tant bien que mal de s’adapter aux consignes sanitaires en respectant à la fois la sécurité des salariés et de continuer à distribuer des colis.
Depuis le 21 avril, La Poste assure la distribution des courriers et des colis 4 jours par semaine (du mardi au vendredi). Le groupe développe également ses capacités d’accueil et de service avec pour objectif 10 000 points de contacts postaux ouverts d’ici la fin du mois d’avril.
UPS et Chronopost garantissent le fonctionnement normal et maintiennent les services de livraison.

Des problèmes de stock ?
Si les livraisons restent autorisées, ce sont les stocks qui pourraient bientôt poser problème.

En effet, avec le confinement, beaucoup d’entreprises fonctionnent au ralenti, quand elles n’ont pas suspendu totalement leur activité. Conséquence, des importateurs et distributeurs sont dans l’incapacité de fournir des produits (surtout de première nécessité) aux différentes boutiques en ligne. Une situation qui ne devrait pas se produire en France, puisque ces produits sont plus généralement achetés dans les supermarchés.