Un clavier à la française

A partir de septembre, les fabricants de matériel informatiques commercialiseront des versions repensées des modèles existant. Les usagers seront bientôt contraints à modifier leurs habitudes.

L’AFNOR (Association Française de NORmalisation), l’organisme qui définit les normes des objets que nous utilisons a dévoilé après trois ans de réflexion deux nouveaux claviers et plus précisément une nouvelle organisation de touches des claviers d’ordinateurs français.

Sur demande du ministère de la culture, en janvier 2016, cet organisme a consulté des experts et des spécialistes français et internationaux de l’informatique, des scientifiques, des linguistes, des fabricants pour finalement aboutir à une nouvelle norme baptisée NF 271-300.

Le constat de l’AFNOR est irrévocable. Le modèle actuellement répandu partout n’est pas ergonomique et ne propose pas tous les caractères courants du français. « Il est presque impossible d’écrire correctement en français avec un clavier commercialisé en France » pointe un rapport de la délégation générale à la langue française. Le clavier AZERTY tel que nous le connaissons est un héritage du XIXème siècle.


Se dirige-t-on vers une révolution sur nos claviers ?

Pour rendre les claviers d’ordinateurs plus adaptés aux usages modernes et éviter les fautes de frappe, deux modèles de clavier ont été retenus :

> Un AZERTY amélioré, identique à 93% à celui utilisé aujourd’hui. Il reprend la même organisation des lettres de l’habituel clavier AZERTY mais avec des caractères supplémentaires. Sur celui-ci, les 26 lettres de l’alphabet restent à leur place, idem pour les chiffres. La grande nouveauté réside dans l’apparition des caractères spéciaux, que l’on active en combinant des touches, comme les symboles arobase ou dièse placés à gauche du chiffre 1, la lettre A avec l’accent grave remplaçant l’esperluette, le E avec l’accent circonflexe fait son apparition sur le 4, idem pour le oe positionné sur le chiffre 0.

 

> Le modèle de clavier, baptisé BEPO, modèle plus ergonomique marque un changement nettement plus radical. Il existe depuis 2003 mais n’est quasiment pas utilisé. Pourtant l’AFNOR estime qu’il propose « la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français, d’autres langues européennes basés sur l’alphabet latin mais également pour la programmation. Comme son nom l’indique, les premières touches de ce clavier sont b, é, p et o (l’ordre des lettres y est modifié et le AZERTY est remplacé par le BEPO). Cette version aboutit à une frappe plus harmonieuse sollicitant moins l’extension des doigts pour soulager les articulations et les muscles.

 


L’heure du clavier a-t-elle sonné ?

Il est vrai que l’incontournable clavier AZERTY n’était plus adapté aux spécificités de la langue française. Ce nouveau clavier normalisé intègre ainsi les caractères spéciaux. Un tel clavier, s’il est adopté n’entraînera pas tout de suite la suppression définitive du clavier actuel par défaut que les usagers pourront continuer à utiliser.